Lykke Liiiii : ça y est, c’est l’été!

source : lykkeli.com

Le Métropolis était plein à craquer, hier, pour le retour de Lykke Li. En première partie, Grimes, jeune mignonne toute timide, qui semblait à peine croire à sa présence sur scène. Chansons bien zen et sympathiques, qui donnaient envie de mieux connaître cette nouvelle venue.

L’arrivée de Lykke s’est fait au son de la foule en liesse, qui reconnaissait l’intermède de la fin de I know places, sur le dernier album. Puis, on a eu droit aux éclairages, très efficaces pour accentuer ce qu’il faut où il le faut, à la scéno, soit quelques rideaux étroits qui se balançaient au gré du vent, le principal rideau cachant au départ Lykke elle-même. Son costume de scène était vraiment superbe. Une longue veste qu’elle maniait à son gré (ce qui lui donnait parfois l’air d’une chauve-souris), et un onepiece qui s’arrête juste au début des jambes, très jolies jambes, on s’en voudrait de ne pas le souligner.

Bon, trêve de considérations physico-scéniques, le spectacle maintenant. Hier à Montréal, on a pu constater que Lykke Li a une voix extrêmement solide et que, pour le moment, sur scène, son premier album bat le second. À l’exception de la sublime I know places, qu’elle a vraiment chanté en communion avec son public. Sinon, les énergiques JeromeFollow rivers et Get some étaient très satisfaisantes. Il faut également mentionner que le choix de chansons était très bien. Je regrette seulement Possibility, autrement, super setlist. Ici, aparté : jeunes dudettes amatrices d’attention, pensez-vous vraiment que la première chanson d’une chanteuse qu’on attend depuis des mois est vraiment, vraiment le meilleur moment pour prendre votre nouvelle photo de profil FB? Vraiment, Vraiment? Pensez-y. Biiiiip.

Du côté des points moins positifs, on peut noter la durée du spectacle, soit 70 minutes bien sonnées, rappel compris. C’était intense, mais on en aurat pris un peu plus. Disons un rappel de cinq chansons plutôt que les deux chansons polies qui ont été offertes . Il est aussi vrai que Lykke aurait pu communiquer un peu plus avec son public. C’est à peine si elle a dit bonsoir, alors bon, on aurait apprécié un peu plus de jasette. Mais c’est évidemment pas obligatoire!

Finalement, ce qui m’a semblé le plus marquant dans ce spectacle, c’est l’importance des percussions. À l’écoute des albums, je ne m’étais pas rendu compte à quel point les tabours, les batteries, c’est la base des chansons de Lykke Li. Après le spectacle, force est d’admettre que le rythme, c’est le fondement de toutes ses compositions. C’était très chouette de la voir taper sur ses tambours. Ça donnait presque envie de prendre des cours de batterie!

Publicités

Peter, Bjorn and John – Gimme some… more of this!

Source : recordstore.co.uk

Avec ce nouvel opus, Peter, Bjorn and John s’éloignent assez du succès de la piste Young Folks pour produire un album pop de qualité (du début à la fin), juste à temps pour l’été.

Vous verrez, difficile de vous enlever de la tête les rythmes accrocheurs de Tomorrow has to wait, Second chance et Breaker Breaker.

Dans le métro, vous ne pourrez vous empêcher de taper du pied. Go ahead, tap your shoes!

***