En vrac – Rabagliati, Delisle et un brin de théâtre

Les Paul de Michel Rabagliati

Paul à Québec, Paul a un travail d’été, Paul à la pêche, Paul en appartement

Ça fait un sacré bail que je veux lire la série de romans graphiques de M. Rabagliati. Hé bien, après avoir lu Paul à Québec, je les ai (presque, ne me manque que Paul au parc) tous dévorés. Michel Rabagliati a le don de mettre le doigt sur les éléments cruciaux de la vie, puis de les faire vivre à son personnage de Paul de façon absolument délicieuse. Les fous rires que j’ai eus en lisant Paul a un travail d’été (dans lequel Paul obtient un poste de moniteur dans un camp de vacances)!

En plus, ça se lit d’une traite, une heure, une heure et demie et vous avez terminé chaque épisode. Autre élément intéressant : étant donné que la plupart des Paul sont parus depuis un bon moment, vous pouvez les réserver à la bibliothèque et vous devriez les recevoir assez rapidement.

 

Chroniques de Jérusalem

Guy Delisle se promène de par le monde depuis quelques années. Au fil du temps, il nous a présenté la Birmanie, la Corée du Nord et Shenzen. Cette fois-ci, nous avons droit à une incursion dans la vie hiérosolymitaine (la conjointe de M. Delisle se rendant à Jérusalem pour le travail).

La beauté du livre (et des précédents), c’est qu’on découvre la ville avec le personnage/auteur. On comprend tous ses dépaysements, ses réflexions, ses questionnements et ses frustrations. On s’identifie très fortement au personnage (un Occidental qui n’a jamais mis les pieds à Jérusalem et qui se pose tout plein de questions qu’on se poserait probablement aussi), tout en étant complètement émerveillé grâce à ses explications. À défaut de voyager pour vrai, ça nous permet de mieux connaître un coin du monde débordant d’histoire. En bonus, ça donne énormément envie de lever les pattes… on a des fourmis dans les jambes en terminant cette lecture!

*Grâce à Chroniques de Jérusalem, Guy Delisle a remporté le Fauve d’Or, qui récompense le meilleur album au Festival de la bande dessinée d’Angoulême.

Orphelins à La Licorne

Adaptation d’une pièce britannique, Orphelins raconte l’histoire d’un frère et d’une soeur, ainsi que celle d’un couple. Au fur et à mesure que la pièce se découd sous nos yeux, la psychologie des personnages devient de plus en plus apparente.

C’est une pièce qui aborde de façon assez confrontante la tolérance, la (mé)connaissance que l’on a les uns des autres, de même que les limites de ce qu’on est capables d’accepter en tant qu’individu.

J’ai beaucoup aimé cette pièce, même si quelque chose pourrait être éclairci dans l’expression des personnages, du moins à mon sens.

Étienne Pilon tient ici un rôle solide, où il démontre toute l’étendue de son talent.

Jusqu’au 18 février à La Licorne.

*Avec surtitres anglais les 10 et 17 février.

Publicités

Mumford and sons

Édimbourg. Un HMV. Moi.

Ce jour-là, j’ai fait mon achat-CD-coup-de-tête-de-voyage (ok, ok, un de mes achats CD-coup-de-tête…). La pochette m’inspirait. Cet achat, je ne l’ai pas regretté du tout. Je sais que l’album Sigh no more est paru en 2009, mais je pense qu’il n’est pas encore énormément connu. En tous les cas, pas à sa juste valeur, bien que le groupe soit passé par Montréal au moins deux fois déjà.

Cet album me donne l’impression d’être une bouffée d’oxygène, parfois. Chaque chanson va chercher du soulagement quelque part à l’intérieur. Même si certaines chansons sont un peu mélancoliques, elles me calment, on dirait. En plus, ce groupe rend ses lettres de noblesse au banjo! C’est un peu « musique de chambre meets rock’n’roll »…

Je n’ai pas encore eu le plaisir de les voir sur scène, mais ce n’est que partie remise.

I gave you all , la moins upbeat…

Little Lion Man, ou pourquoi le banjo-c’est-cool…

Site officiel

Source : mumfordandsons.com