The Walking Dead : en attendant la suite…

The Walking Dead, c’est d’abord une BD. Une BD qui parle de zombies et de fin du monde, qui a été adaptée pour le petit écran l’automne dernier (par la chaîne AMC, qui diffuse également la série historique Mad Men). Pas trop mon genre. Normalement. Sauf que.

C’est. Trop. Excellent! Les épisodes de la première saison sont bien écrits, les acteurs sont merveilleux et surtout, il est excessivement difficile de ne pas avoir envie de savoir ce qui leur arrivera dans l’épisode suivant. Le point de départ : Rick, policier qui est tiré par balle au début du tout premier épisode, est en convalescence à l’hôpital. Lorsqu’il se réveille, il se rend rapidement compte qu’il est seul dans l’hôpital et que quelque chose ne tourne vraiment pas rond. En fait, plus rien ne tourne. L’hôpital semble être au point mort, la ville semble être morte… d’ailleurs, il y a des cadavres partout. Il finira par apprendre ce qui s’est passé, soit qu’une terrible maladie s’est répandue. (Vous l’aurez deviné, la maladie des zombies).

28 Days Much? Oui, oui, je sais. Ce n’est pas la première fois qu’on voit ce genre d’intrigue. Dans cette série-ci, par contre, c’est extrêmement bien fait. La détresse des personnages, leur fuite, leur survie, les crises… sans compter les effets spéciaux, qui, ma foi, m’ont paru parfaitement irréprochables. Le fait que l’on ait fait une série plutôt qu’un film permet une plus intéressante évolution de l’histoire et des personnages. Ça me semble être un avantage indéniable, for story’s sake.

La saison deux de Walking Dead est prévue pour l’automne. La première saison compte tout juste six épisodes, soit l’écoute d’une journée de pluie, quoi!

Je vous laisse la bande-annonce, si vous voulez savoir de quoi ça a l’air. Soyez avertis, par contre, vous comprendrez probablement les grandes lignes du premier épisode.

Publicités